Un poète maudit

Il arrive en retard au repas de famille,

la mine chiffonnée, avec de petits yeux.

Anarchiste et poète, il est insoucieux

du cénacle bourgeois où son gros papa brille.

 

Un merle virtuose enchante la charmille,

mais l'enfant d'Apollon se languit d'autres cieux :

il boude chaque plat, morne, silencieux,

et prend étrangement des manières de fille.

 

Lorsque la prune clôt ce déjeuner cossu,

lorsque, bourré, ronflote un convive pansu,

notre voyant s’éveille et, singeant les maroufles,

 

clame ses vers maudits. D’un seul jet il les a

torchés la veille au soir, malgré son coryza, 

dans le coquet fumoir, chaussé de ses pantoufles.