Fichu sonnet

Combien de fois j'ai mis, afin qu'il aboutisse 

Ce sonnet mal fichu sur mon noble établi ,

Un acharnement vain, rarement on les lit

Mieux vaut les violons au sein desquels on pisse.

 

Méticuleusement, arachnéen je tisse

La toile qui pourrait piéger des mots d'esprit, 

Qu'à mon grand désespoir, déjà l'encre avilit 

Détournant du regard le lecteur, la lectrice.

 

Cadet de mes soucis, sans doute le puîné

A défaut de Pégase accouchons d'un poney, 

Ainsi qu'un forcené, tel Sisyphe, je trime.

 

Me fichant des "on-dit", autant que des cancans

Je traîne ce boulet qui me lie à la rime,

Le seul de ma tribu, dernier des Mohicans.

 

 

Erdrek Nathan-Thaner