Le bel imposteur

Il est donc arrivé, le beau prince d’Automne !

Par ses doux baisers d’or, de pourpre et de vermeil,  

il vient nous réveiller, nous tirer du sommeil

où nous nous prélassions sous un ciel monotone.

 

En vainqueur triomphant, voyez comme il parade

à tout vent, recueillant sans vergogne les fruits

que deux saisons entières ont dû mûrir pour lui !

Faut-il qu’on applaudisse à cette mascarade ?

 

Vêtu comme Bacchus des pampres de la vigne,

il couvre nos coteaux de ses troupes en lignes

et le chant des oiseaux fait place aux sécateurs.

 

Je sais, mon cher monsieur, que vous êtes volage

Qu’après vos beaux cadeaux et vos batifolages, 

Vous livrez à l’Hiver tous vos adorateurs.

 

Suzanne Ville