Pour poétiser sur l'automne

Pour poétiser sur l’automne 

on ne manque pas de poncifs.

Mi-colorés, mi-dépressifs,

mais rimant tous avec atone.

 

Cet assortiment monotone

fait le bonheur du plumitif.

Pour poétiser sur l’automne, 

il ne manque pas de poncifs.

 

J’y ai fait mon choix, tu m’étonnes :

des bien gaulés, des jouissifs

et j’en ai même un subversif.

Je vais pouvoir en fair’ des tonnes

en poétisant sur l’automne.