Jeu de con

Mais pour savoir ce que l’on perd

Encor’ faut-il parfois gagner

Un’ de perdue, dix retrouvées

C’est vite dit, je n’y crois guère

 

Je suis si souvent solitaire

Que j’aimerais bien partager

Mais pour savoir ce que l’on perd

Encor’ faut-il parfois gagner

 

Si pour gagner il faut jouer,

Alors pourquoi s’font-ell’ la paire

Quand je ne voudrais que leur plaire ?

J’aimerais quelquefois gagner

Mais pour savoir ce que l’on perd !

 

Jacques IONEAU