Le joueur d'hélicon

Mon homme a beau savoir que j'apprécie les cordes,

Il me saoule sans trève avec son hélicon.

Le pauvre n'y peut rien, il souffle en vrai démon

dans son cuivre rouillé, qui sème nos discordes

 

récurrentes car moi, je le croyais joueur

d'alto, de mandoline, en rital d'origines...

Et son nom: Vivaldi ! j'en bavais des babines,

entonnais les Saisons. Mama mia ! Quel choeur !

 

Boris Lapointe, au moins, jazzait dans son saxo

en plus de l'hélicon. Mais lui, n'a qu'une corde 

à son arc émoussé même pas monocorde. 

S'il se pendait avec ? Voilà mon dernier mot.

 

Médualc