Mauvaise étoile

Pareil à un génie qui pose

Le regard et la tête ailleurs,

Mon esprit, absorbé, compose

Les vers d’un humble rimailleur.

 

Ô ribambelle de visages,

Autant de masques qui défilent,

Le monde est un cruel grimage

Aux yeux du pauvre rimophile.

 

Toute peine éreinte son cœur

Et tout chagrin le catastrophe,

Ses amours n’ont que mots moqueurs

Pour son naturel philostrophe.

 

Animal ployant sous le joug,

Rose tranchée au sécateur,

Simple larme sur une joue

Torture un versificateur.

 

Tout repos lui est interdit.

Peuplé du fantôme des mânes

Son sommeil même abasourdit

Sa conscience de métromane.

 

De sa bouche close ne sortent

Qu’appels au secours et à l’aide.

Ah ! mieux vaut se trancher l’aorte

Plutôt que de vivre en aède !

 

Tout fend mon cœur, tout le torture

Et le place sur la sellette,

Il n’est pas bon naître, je jure,

Sous une étoile de poète !

 

Gkak