Le suborneur

Le vent d’automne est un fripon :

Vois la branche qui se trémousse

Lorsque suborneur il la trousse

Pour l’abandonner sans jupon.

 

Parfois joueur, parfois tueur

C’est le roi de la volte-face.

De la tempête à la bonace

Nous devons subir son humeur.

 

Dervich' tourneur en ascendance,

Il entraîne en mortelle danse

Ceux qui entravent son chemin.

 

Quand à l’océan il s’allie

Et nous détruit de sa folie

Ce ne sont pas jeux de gamin...