Jérémy n'aime

Jéremy n’aim’ ni les romans, ni les poèmes.

Les deux lui ont valu trois sur vingt au brevet.

Lors en cours de français, cet as des théorêmes

se déconnecte vite et se prend à rêver.

 

Il aime imaginer les longues parallèles

qui sans un seul écart cinglent vers leur destin.

Comme un couple de rails en titane, si frêles

qu’une épeire aurait pu les filer au matin.

 

Où va, s’étonne-t-il, ce chemin rectiligne

quand il sort de la feuille et fonce vers les murs ?

Peut-il les traverser ? Se perdre dans l'azur,

tel un rayon laser, tel un duvet de cygne ?

 

Hélas, le professeur, déclamant du Rimbaud,

ramène le matheux sur terre. Où c’est moins beau.