Le dernier des mésozoïcans

Jailli de nulle part à la fin de l'hiver,

c'est un éclair d'argent dans les flots outremer

qui daterait, dit-on, du haut-mésozoïque.

 

Il tient de la sardine et du diplodocus

 

en dépit du bon sens et d’la systématique.

La nageoire élégante et le regard d'enfer,

des fruits de l'océan, c'est de loin le plus cher

pour le plus grand profit du monde halieutique.

 

S’il tient de la sardine et du diplodocus.

 

les gastronomarins professent mordicus

qu'il dame le rouget, le bar et l’albacore

lorsqu’il est présenté sur un lit de fucus.

Mais à toute conserve il oppose un blocus :

n’emboîte pas qui veut l'ardent sardinosaure.