Oulipiques

Comme un vol de serins, hors du bosquet natal, fatigués de porter leurs misères hautaines, tout de jaune vêtus, soutiers et capitaines partaient, ivres d’un rêve héroïque et brutal. Amateurs de musette ou de country-métal, ils ont appareillé pour la ville lointaine, répondant aux appels diffusés par l’antenne ou les résoçociots du monde occidental. En route ils espéraient des lendemains épiques tels ceux que perpétraient sous l’azur des Tropiques d’autres gilécitrons sur...
Jailli de nulle part à la fin de l'hiver, c'est un éclair d'argent dans les flots outremer qui daterait, dit-on, du haut-mésozoïque. Il tient de la sardine et du diplodocus en dépit du bon sens et d’la systématique. La nageoire élégante et le regard d'enfer, des fruits de l'océan, c'est de loin le plus cher pour le plus grand profit du monde halieutique. S’il tient de la sardine et du diplodocus. les gastronomarins professent mordicus qu'il dame le rouget, le bar et l’albacore...
Petit-fils d’une nixe et d’un lampadophore qui lampait chaque soir amphore sur amphore, il avait un dessein (bien que fort mal-armé) : composer un sonnet irrationnel en X. Depuis qu’il avait lu Stéphane Mallarmé et qu’il le relisait très souvent à l’aurore, il nourrissait ce rêve (et encore et encore), désespérant ainsi sa nixe de mémé : composer un sonnet irrationnel en X. L'ouvrage relevait des travaux d’Astérix (ce moustachu toujours en quête d’une rixe), sauf en...
C'est une rude orthogonale qui sans ménagement empale un brave et malheureux segment. Et qu’on appelle « médiatrice ». Avec un culot désarmant, elle prend son aise et s'installe sur sa victime qui ne râle, ni même appelle sa maman. Et on l’appelle médiatrice ! Cette insupportable adventice me courait sur le singleton. Pour stigmatiser sa malice, il fallait que je l’écrivisse, ce faux sonnet, ce mirliton.
Couchez dans la cocotte une okapipistrelle farcie sans barguigner des abatis d’icelle, d’un jus d’amandarine et de poiromarin. Laissez ce mets de choix mijoter sur la braise. Le temps de composer la moitié d’un quatrain, poêlez à petit feu deux souriçauterelles nanties de quelques aulx et de vingt-trois airelles. Flambez sans lésiner au téquilavandin. Laissez ce mets de choix mijoter sur la braise. Saisissez un brochèvre à la mode écossaise avant de l’écailler avec votre...
Pleurez doux alcyons, sanglotez chimpanzés, le petit-duc hulule un poème funèbre, la savane est en deuil, le ciel s’est embrasé : il a vécu ce soir, le dernier chimpanzèbre. On ne le verra plus, le joyeux trublion, narguer le watusi, importuner le lion, provoquer le guépard, courtiser les gazelles. On ne le verra plus, hilare et glapissant, poursuivre au grand galop, plus vite qu’un pur-sang, ni les frais girafons, ni les oiseaux sans ailes. Centaure au corps de zèbre, au coeur de...
On dit qu’elle a la science infuse, la chatterie d’une arquebuse et les neurones au carré. Mais ses quinquets sont bleu pervenche... Lors, du baba bien alluré de l’incollable Hypoténuse, dans ce vieux lycée du Vaucluse, tous les gars sont ennamourés. Ses jolis quinquets bleu pervenche et son fabuleux jeu de hanches mettent ces braves en émoi. La belle occupe leurs nuits blanches, mais seul Pythagore la branche. On se demande bien pourquoi.
Dès le premier regard, Madame, vous me plûtes. Ô, j'aurais tant voulu vous jouer de la flûte de Pan, nu comme un Dieu. Mais il faisait si froid. Endoudounné de neuf, je guettais sous la neige votre retour du ski. Mais vint l’affreux Geoffroy qui vous embobina. Naïve vous le crûtes. Bibliquement, le soir même, vous le connûtes à l'Hôtel de la Blanche et à mon grand effroi. Dûment endoudounné j'attendis sous la neige que l’infâme enjôleur cessât ses sortilèges. Vous êtes...
Sébastien Dubellet, au cours de son voyage, n’avait pas pris le temps de tondre sa toison. Il draguait l’italienne. Il avait bien raison de profiter ainsi des atouts du bel âge. Et c’est fort chevelu qu’il revint au village. — Sais-tu que les hippies sont passés de saison ? lui fit-on remarquer au seuil de sa maison. Pour le désarçonner il en faut davantage : — C’est ainsi que jadis se coiffaient nos aïeux ! — Vouloir les imiter me semble audacieux, ironisa son beauf en...
Sur cette page vous trouverez des sonnets composés suivant une contrainte, oulipienne ou non : lipogrammes, sonnets irrationnels, sardinosaures, bouts-rimés, etc.

Afficher plus